La ville de Rab, centre culturel et historique de l'île, a une longue histoire. Elle est mentionnée en 10 av. J.-C. dans un vieux document romain par lequel l'empereur romain Auguste Octavian l'a proclamée municipe et lui a donné l'indépendance. La ville est qualifiée de Felix (heureux), épithète d'honneur rarement appliquée, ce qui signifie qu'elle était déjà à cette époque une ville développée et civilisée. La partie ancienne de la ville est ceinturée de remparts médiévaux construits au12ème et 13ème siècle en pierre taillée. La vieille ville est dominée par quatre tours et de nombreuses églises. L'un des plus importants monuments de Rab est l'église Sainte-Marie du 12ème siècle (l'ancienne basilique d'évêque). Le campanile de la basilique date du 12ème siècle et est séparé du bâtiment principal. Elle domine la ville et représente l'un des plus beaux exemples de l'architecture romane en Croatie.

(SOURCE:CROATIA.HR)

L'île de Rab a été habitée depuis l'âge de pierre. Dans un lieu dénommé Zidine (forteresse) dans la partie nord de l'île, qui s'appelle Lopar, on a pu recenser des implantations humaines depuis l'âge de pierre, l'âge du cuivre puis l'âge du bronze jusqu'au IVe siècle av. J.-C. où une ancienne fortification militaire grecque a été établie.Selon la légende, Marinus, un modeste tailleur de pierres et le fondateur mythique de la République dE Saint-Marin, serait originaire de Rab.

(SOURCE:WIKIPEDIA.FR)

L'île de Rab a été habitée depuis l'âge de pierre. Dans un lieu dénommé Zidine (forteresse) dans la partie nord de l'île, à Lopar, on a pu recenser des implantations humaines depuis l'âge de pierre, l'âge du cuivre puis l'âge du bronze jusqu'au IVe siècle av. J.-C. où une ancienne fortification militaire grecque a été.La conquête des Grecs a changé d'aspect de Zidine. Ce sont les Vénitiens qui dominent Rab à partir du début du Xve siècle et leur présence a beaucoup contribué à l'architecture des villes, Lopar comprise. L'histoire de l'île est liée à celle de Saint Marin, un tailleur de pierre qui est né à Lopar et qui a fondé la République San Marino.

Église Sainte Marie 
 L'église édifiée au XIIe siècle représente un de plus importants monuments de l'île de Rab. Tandis que son intérieur est très simple, sa façade possède les plus riches ornements de l'Adriatique.

Église  Saint Antoine “Opat”
 L'église abrite trois aautels gothiques bien conservés, des lapidaires et un crucifix datant du XVe siècle.

Église Saint-Justine

Bâtie au XVIe siècle sur l'emplacament de l'ancienne église Saint Thomas, cette église abrite aujourd'hui un musée de l'art sacré qui possède diverses collections d'objets précieux issus de la cathédrale.

Église Saint André

L'église et le monastère ont été construits au cours du XIe et XIIe siècles. L'inérieur de l'église abrite de nombreuses ouevres d'art précieuses dont un tableau de la Notre Dame de Rab.

Baie de Sainte Euphemie

Près de la localité de Kampor se trouve une petite baie dans laquelle se situe le Couvent de de Sainte  Euphemie du XIIIe siècle, aujourd'hui transformé en musée, et l'église de Saint Bernard du XVIIe/ XVIIIe siècle.

(SOURCE:RAB24.COM)

L'heureuse Rab – Felix Arba-La silhouette des quatre clochers s’élevant au-dessus des imposants rochers de l’île est une l’ image légendaire de Rab – un symbole qui la suit depuis des siècles. Cette silhouette, n’ayant souffert au cours de l’histoire que de quelques changements insignifiants, se dresse sur ces rochers depuis déjà deux milliers d’années, entre la baie de Sainte Euphémie (Zaljev Svete Eufemije) et une baie plus petite qui n'a plus de nom – mais qui est devenue au fil du temps le port de la ville. La ville de Rab a été édifiée, comme cité fortifiée par des murs de pierres sèches, par les Liburniens, une peuple illyrien. La colonie, encerclée par de denses et sombres forêts de chênes verts et de pins, était alors appelée Arba (sombre en illyrien).

Depuis cette époque et jusqu' à aujourd' hui, la ville de Rab constitue le joyau de l'île, mais aussi son centre culturel, artistique et scolaire…Les nombreuses églises de la ville même et de l'île ne témoignent pas seulement de la tradition religieuse mais également de la portée de la civilisation, de la culturelle, de l’ art et de l’ architecturale des lieuxt. Les monastères, les églises, les palais, les bâtiments administratifs, les places, les loges ainsi que les lieux de réunion, les tribunaux et les commerces témoignent du haut niveau de développement de la société de l’époque. Il n'est donc pas surprenant que Marc Antun de Dominis, un des esprits les plus érudits de l’Europe du 16e siècle, théologien, physicien, prêcheur et réformateur ecclésiastique, ait grandi à Rab

Lorsque, au deuxième siècle avant notre ère, les Romains entrèrent à Rab, ils y découvrirent une ville développée. Le plus grand empereur romain, Auguste, fit construire autour de la ville des remparts et des tours afin de faciliter sa défense. Les vestiges des remparts et des forteresses de Rab sont aujourd'hui encore visible. Les Romains baptisèrent la ville „l'heureuse“ – Felix Arba. Ce titre était synonyme, pour une municipalitée romaine, de richesse, de mérite et de grandeur.

Depuis l' époque des empereurs romains, en passant par Byzance, Venise jusqu'aux rois hongrois et croates, les souverains se succédèrent à Rab, la ville étant toutefois épargnée par les destructions majeures. La ville le devait peut-être à son titre romain de Felix Arba.

(SOURCE:IMPERIAL.HR)

  • Rab, Croatie - Histoire et la culture - Photo 1
  • Rab, Croatie - Histoire et la culture - Photo 2